Nouveau

BATAILLE FOOD #127- ANNONCE DU THEME

  Nessa du blog:  cuisiner avec Nessa  a craqué pour mes beignets de banane au miel pur et pistaches d'Alep et m'a fait le plaisir de me contacter pour me proposer d'être la nouvelle marraine de la bataille Food et devinez quoi, j'ai accepté avec joie pour parrainer ce challenge pour cette nouvelle édition.  Les défis nous permettent de faire de belles rencontres et même si on est sur la blogosphère depuis un bout de temps, c'est toujours un plaisir de faire de nouvelles découvertes du monde gourmandes et appétissantes souvent très originales. Je ne vais pas m'attarder pour vous annoncer le thème pour cette ronde à laquelle j'espère vous voir nombreux. La «   Bataille Food   » c'est quoi ?  Un défi culinaire mensuel initié par   Jenna   du blog   Bistro de Jenna    et administré par   Hélène   du blog   Keskonmangemaman?   qui gère également la   page Facebook  . Le premier mercredi de chaque mois  , à 18 heures tapantes  , tous les participants posten

kerchbil lihoud, galette, pain azyme


Kerchbil lihoud, galette azyme ou pain juif pieds noirs bônois, réalisée à partir des restes de pâte à baklawa
C'est une recette inédite oubliée de l'ancienne cuisine du terroir Bônois, des galettes ou pains azymes croustillants hérités des juifs bônois qu'ils mangeaient à la période de Pâques et que les bônois d'antan réalisaient à partir de restes de pâte à baklawa et que nous dégustions frais avec le café ou du café au lait au goûter principalement.
Car les pieds noirs juifs ont fait partie de notre histoire, et que leur cuisine appartient à notre patrimoine, Je relate un pan de l'histoire de notre ville d'antan.
Ils vivaient parmi nous, s'habillaient comme nous, je ne les ai pas côtoyé, je m'en souviens vaguement des juifs j'étais enfant, ils étaient  nos voisins dans la ville antique, leur cuisine a été associée à la notre, ils ont pris de nos traditions vestimentaires et culinaires comme ils ont laissé beaucoup de leur savoir faire dans la joaillerie et autres métiers, ils sont de grands orfèvres et de grands artisans de fait .
Je ne veux pas entrer dans les détails du comment et du pourquoi de ce contentieux historique, je ne publie qu'une recette que mes grands parents et ma maman faisaient, et que l'on prépare à notre tour dès qu'il nous reste de la pâte, non pas pour célébrer quoique ce soit,  mais juste préparer ce pain sans levain ni levure, quand il nous restait de la pâte à baklawa !
Pareil que guillit lihoud, le kerchbil est plus épais et pincé profondément à l'inverse de guillit lihouhoud qui est plus plat et piqué à la fourchette, tous deux nous les faisons avec des restes de pâtes à baklawa . 
Etant donné que mon blog est voué particulièrement à la vieille cuisine Bônoise, je tenais à le noter nonobstant tout ce que l'on peut en dire .

Alors c'est soit que vous utilisez des restes de pâte de baklawa comme on le fait à chaque fois qu'on en prépare et qu'il nous reste de la pâte,
 parfois  on fait notre pain normalement puis au moment du pétrissage on incorpore les restes de pâte à baklawa et je ne vous raconte pas le délice qu'est ce pain..


Ou alors vous préparez carrément la pâte de kerchbil.

Ingredients
500 g de farine  tout usage
100 g de semoule fine
150 g de beurre fondu et clarifié
Sel
extrait de fleurs d'orangers, quelques gouttes
Eau des cendres si vous pouvez en disposer selon le besoin, la pâte est ferme sans être dure ni sèche,
1 œuf


Préparation
Mélanger semoule et farine
Ajouter le beurre clarifié
Frotter avec les paumes des mains pour bien l'incorporer
ajouter l’œuf et,
placer le sel dans un coin de l'auge en bois puis le dissoudre avec un peu d'eau tiède
Ramasser la pâte en ajoutant de l'eau progressivement jusqu'à obtenir une pâte ferme
Couvrir et laisser reposer
Ensuite revenir à la pâte , ajouter la fleur d'oranger et pétrir jusqu'à ce qu'elle soit souple et lisse , une pâte à baklawa en somme
En faire des pâton de gros comme une petite orange, couvrir et laisser reposer
Puis les étaler sur 1 cm d'épaisseur en forme de galette d'où le nom guillit lihoud ( galette juive )
Et les pincer profondément jusqu'à les percer avec le pouce et l'index régulièrement sur toute la surface.
Enfourner à 180 °, une dizaine de mn, le kerchbil doit être juste être doré rosé, ne laisser pas durcir
Consommer tiède avec du café ou café au lait, c'est un régal.
Le kerchbil n'est pas doré à l’œuf, il cuit nature au four !


Commentaires

  1. Comme ta galette est belle, c'est vraiment très joli
    Merci beaucoup pour ta recette
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Etant enfant j'habitais Strasbourg dans un immeuble du "quartier juif" comme on disait. Et une gentille voisine (rescapée des camps) m'apportait du pain azyme lors de leur Pâques. J'adorais ça....je suis heureuse que tu nous offres cette recette, je vais maintenant pouvoir m'en préparer. Et je trouve magnifique de partager des recettes de toutes les religions ou cultures. Il faut dire que le patrimoine bônois est riche en délices. Bisous à toi et j'espère que tu vas bien ainsi que ta famille, je sais que tu te fais du souci . Moi aussi je m'en fais pour mon mari qui part travailler dans la zone la plus infestée, chaque jour.

    RépondreSupprimer
  3. On va probablement finir par manquer de pain puisque l'on a de plus en plus de mal à trouver de la farine ! Même coupée comme dans cette super et belle recette avec de la semoule il en faut tout de même.. Dommage ! C'est magnifique ! bisous ma zika

    RépondreSupprimer
  4. C'est un très bon pain qui fleure bon la fleur d'oranger, croustillant , il y a 13 ans, lorsque j'ai pris la décision de répertorier notre vieille cuisine, méconnue et souvent clochardisée, c'était pour tout noter, elle est tantôt berbère, arabo-andalouse, ottomane-perse,juifs et pieds noirs, campagne et montagne de bône, pas de ségrégation, c'est notre histoire et notre patrimoine

    RépondreSupprimer
  5. J'aimerai beaucoup goûter à ton pain, je toujours curieuse de nouveaux pains Bonne soirée et gros bisous

    RépondreSupprimer
  6. une belle galette que je découvre
    une bonne soirée bises

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce partage ce pain est très beau et bien tentant avec sa petite touche de fleur d'oranger. Bisous

    RépondreSupprimer
  8. très joli pain, je serais curieuse d'y goûter!!! bisous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire